7 Mail Barthélemy Thimonnier 77185 Lognes +33181800770 [email protected] Accès au Portail UL

Microsoft Azure : Query Store ON le facteur d’amélioration de la productivité du cloud – Upper-Link

Microsoft Azure : Query Store ON le facteur d’amélioration de la productivité du cloud. – Upper-Link Temps de lecture : 2 min.

Microsoft Azure : Query Store ON le facteur d’amélioration de la productivité. Par Benoit Lecomte pour Upper-Link

Véritable système de supervision, Query Store ON est destiné à gérer les pics d’activité de votre plateforme Microsoft Azure. C’est une meilleure gestion en termes de ressources utilisées et une protection pour les données.

On peut considérer que Query Store ON pour Microsoft Azure agit comme une “boite noire” pour les bases de données. la solution enregistre continuellement les informations sur les requêtes effectuées.

Query Store ON inclut la fonction Elastic Pool de bases de données.

Les Pools élastiques sont de trois types :

  • Le Pool de base avec un nombre maximal de 30000 sessions pour 1600 eDTU (transactions de bases de données) et 3200 connexions simultanées.
  • Le Pool standard :  avec un nombre maximal de 30000 sessions pour 2500 eDTU et 5000 connexions simultanées.
  • Le Pool Premium : avec un nombre maximal de 30000 sessions pour 3500 eDTU et 5600 connexions simultanées.

« Nous conseillons bien sûr de prévoir les eDTU en nombre suffisant afin de faire face aux fortes pointes d’utilisation » précise Christophe Coste, Directeur des Opérations chez Upper-Link.

Scénarios d’utilisation pour Microsoft Azure

Comme une boîte noire, Query Store ON collecte toutes les informations sensibles. Au niveau de l’administration de la plateforme, ceci permet de gérer les baisses de performances dues aux éventuelles évolutions ou mises à niveau apportées. Les temps de résolution d’incident s’en trouvent réduits. De plus, les données sensibles pré-collectées restent accessibles.

Parmi les milliers de requêtes traitées, quelques-unes seront particulièrement consommatrices de ressources et nécessiteront d’être identifiées et de recevoir une puissance de traitement suffisante. Entrent en ligne de compte : le CPU (temps de traitement), le temps écoulé, l’espace mémoire utilisé, les opérations en lecture / écriture, le log I/O…

Query Store ON garantit, pour Azure SQL Database, une compatibilité d’un niveau qui est passé de 120 en 2014 à 130 en 2016. Ainsi, les clients peuvent librement déplacer leurs données existantes et bénéficier des toutes dernières fonctions d’optimisation et de traitement de requêtes.

Depuis le portail d’Azure, Query Store ON assure l’accès aux fonctions de contrôle, réglage et résolution d’anomalies offertes par SQL Database Advisor, SQL Database Performance Insights.

« Avec Query Store ON, nous obtenons immédiatement les informations pertinentes sur les requêtes les plus critiques » approuve David Halifi, Directeur du Business Development.

En conclusion

Query Store ON est une configuration par défaut et son système de conservation automatique des données s’applique à la plateforme Azure, elle n’occupe que 1 à 2 % de l’espace système.

Pour en savoir plus : Blog Microsoft